février 2018

Comment gérer l’humidité et prévenir certains problèmes courants

Lorsque nous entendons dire que la pose d’un revêtement de sol s’est soldée par un échec, nous essayons de savoir pourquoi et de quelle manière nous pouvons contribuer à résoudre le problème. Un examen attentif des locaux concernés révèle que ce problème est lié dans la plupart des cas au supports. Inutile de vous rappeler ici à quel point il est coûteux d’enlever et de remplacer un revêtement déjà posé. C’est pourquoi nous allons traiter aujourd’hui le problème le plus couramment lié aux supports, à savoir l’humidité. On nous dit souvent qu’il n’existe pas de solution miracle à tel ou tel problème. Eh bien dans le cas présent, il y en a plusieurs, alors continuez votre lecture. Si vous êtes davantage impliqué dans le concept d’intérieur que dans la pose, les conseils qui suivent pourraient vous aider à éviter les problèmes dès le départ.

De manière générale, les supports se divisent en trois catégories : le ciment, le bois et les matériaux spéciaux. La première étape consiste donc toujours à identifier le type de supports auquel vous avez affaire. Nous examinerons aujourd’hui les supports en ciment dans la mesure où ce sont les plus courants.

Vu que l’on trouve des supports en ciment aussi bien dans des bâtiments neufs que dans des constructions rénovées, je traiterai ici les deux contextes. Si vous êtes en présence d’une chape anhydrite, merci de vous adresser à votre conseiller Altro ou de nous appeler pour être certain d’être bien orienté.

Quel que soit le type de supports et le caractère récent du bâtiment, voici la règle d’or, le « truc » tout simple qui peut vous permettre d’éviter une foule de problèmes et de faire éventuellement des économies tout en préservant votre réputation :

test d’humidité.

Il est étonnant de constater que dans la plupart des cas, on ne procède à aucune mesure ou encore qu’aucune concertation n’a lieu. Un installateur reçoit donc le feu vert pour poser un revêtement alors qu’en réalité personne n’a effectué de test d’humidité en amont. Dans les constructions neuves, le séchage du supports peut prendre un jour par mm et il n’y a pas moyen d’aller plus vite, alors ne laissez personne vous obliger à poser sans respecter ce délai, sauf si la valeur mesurée est satisfaisante. Le mieux est de Verifier par vous même.

Quelles sont les mesures à effectuer ?

Si l’on trouve sur le marché de nombreux appareils de mesure, les hygromètres ou les protimètres sont cependant les plus courants. Comme pour la plupart des matériels, les prix peuvent ici énormément varier. Vous avez donc le choix entre des appareils très simples et des appareils plus sophistiqués. Un appareil fiable n’a pas besoin de coûter une fortune. Il n’empêche qu’un certain investissement de ce côté pourrait vous permettre d’économiser à terme beaucoup d’argent. Si certains appareils utilisent un système type feu de signalisation allant du vert au rouge qui fournit une première indication sur le problème, il faudra de toute manière effectuer un test complet pour mesurer l’humidité relative (HR).

Si vous mesurez la HR et que cette mesure indique 75 % ou moins, vous pouvez y aller. Si la mesure excède 75 %, vous avez toute une série d’options possibles, mais coller directement un revêtement sur un supports n’en fait certainement pas partie.

S’il s’agit d’une rénovation

Si vous avez affaire à une construction rénovée plutôt qu’à un bâtiment neuf, examinez l’ancien revêtement avant de l’enlever. S’il présente des signes d’humidité, arrachez-le et examinez attentivement le supports. De quand date le bâtiment ? S’il date d’avant 1970, le supports n’est probablement pas équipé d’une barrière anti-remontée d’humidité.

Vos tests d’humidité relative seront dans tous les cas déterminantes pour la suite des opérations. Quelles que soient ces mesures, vous pouvez être amené à recouvrir les anciennes colles, d’où l’importance de choisir ragréage adéquat pour les recouvrir. Le fournisseur de ce ragréage pourra vous conseiller au cas par cas le produit le mieux adapté.

Voilà supports est humide. Quelles sont vos options ?

  1. Revêtement de sol sans colle

    Les revêtements de sol Altro sans colle peuvent être posés jusqu’à une humidité relative de 97 %, et vu qu’ils ne requièrent ni colle, ni barrière anti-remontée d’humidité, vous pouvez réaliser ici un gain de temps et d’argent. Ils sont conçus pour être aussi plans et tenir aussi bien qu’un revêtement Altro utilisant un colle. Si Altro XpressLay vous offre une option de revêtement anti-dérapant, Altro Cantata est pour sa part compact, ce qui vous permet de choisir l’un ou l’autre en fonction de la zone où vous allez poser le revêtement.

  2. Poser une barrière anti-remontée d’humidité

    Si votre supports humide se trouve dans une zone nécessitant un revêtement spécial, comme une cuisine ou un environnement humide, vous pouvez poser une barrière anti-remontée d’humidité. Si la surface du supports est irrégulière, utilisez d’abord ragréage tolérant à l’humidité. Une fois que vous avez un enduit, si le sol est encore irrégulier, ne le grattez pas car vous enlèveriez alors une partie trop importante de la barrière anti-remontée d’humidité. Appliquez au contraire une autre couche de ragréage par-dessus. Assurez-vous que l la colle que vous utilisez est résistante à l’humidité et allez-y. Une petite remarque : ne pas utiliser de colle résistante à l’humidité, c’est un peu comme ôter un pansement de votre doigt et constater qu’il est fripé, l’humidité ayant été retirée de votre peau. La même chose se produira pour l’enduit de lissage, ce qui pourrait faire échouer l’opération.

  3. Utiliser une feuille de sous-couche en fibre de verre

    Si vous êtes pressé et devez effectuer la pose rapidement, mais ne pouvez pas utiliser de revêtement sans colle, vous pouvez une sous-couche d’interposition comme Altro Everlay A ou B. Avec ses 4 mm d’épaisseur, Altro Everlay B offre un bon confort à la marche, doublé d’une réduction des nuisances sonores, ce qui est idéal dans les locaux où le personnel se déplace beaucoup ou encore dans les endroits où il est nécessaire d’atténuer les sons. Si vous choisissez cette option, veillez à utiliser notre colle A19 car elle a été spécialement concue pour Altro Everlay.

Ces symptômes nous sont familiers à tous : des joints boursouflés et une odeur de moisi. Dans des cas extrêmes, le revêtement peut même être taché par l’humidité qui y a pénétré. Il n’y a malheureusement aucun moyen rapide d’y remédier, la seule solution consistant à l’arracher et repartir de zéro. Si cela implique de débrancher les équipements, faire évacuer le personnel et entraîner un manque à gagner pour une entreprise, sans compter le temps qu’il vous faudra pour tout enlever, traiter le supports et poser de nouveau, plus les frais de matériel, l’opération peut s’avérer extrêmement coûteuse.

Pour résumer, un supports humide ne pose pas nécessairement problème, à condition toutefois que vous sachiez qu’il existe. Et pour le savoir, c’est simple comme bonjour.

N’oubliez pas que nous sommes toujours là pour vous, à l’autre bout du fil, si vous avez des questions sur le sujet que j’ai traité ici. Il vous suffit de nous appeler au 01 57 32 92 30.

Posted: 19/02/2018 08:00:00 by Heather Mussett | with 0 comments